•  

     

    Il incarne Monsieur Tranchant.

    C'est le meilleur ami de Pépé, avec qui il a fait la guerre.

    Personnage énigmatique, il pourrait bien être mêlé au meurtre d'une vieille dame à Rochefort.


    votre commentaire
  • Michel Francini est très tôt attiré par le monde artistique.

    A 17 ans, il débute au cinéma dans "Claudine à l'école", aux côtés de Mouloudji.

    Puis il apprend le chant et on le retrouve au Music-Hall. Pendant quatre ans, il se produit dans certains des plus grands établissements tels que A.B.C., l'Alhambra, Bobino, l'Olympia ou l'Etoile. Il y interprète des dizaines de revues qui le familiarisent avec la discipline de l'improvisation et l'obligent à incarner les personnages les plus divers et haut en couleur (policier, ministree, vieille fille, amiral, paysan, tenancier de bistrot...).

    Grâce à son expérience, il est admis à la S.A.C.E.M. en qualité d'acteur et son catalogue compte plus de 15000 sketches et chansons.

    Il s'aventure dans l'opérette et, après "La Fille de Madame Angot", "Coups de roulis", "Dédé" et bien d'autres, il joue le rôle important du Capitaine Crackson dans "La Grande Mogol" au Théâtre de la Gaîté Lyrique à Paris, dont il devient pensionnaire.

    Il enregistre un 45 tours pour la firme Philips et participe à de nombreuses émissions de radio : les ondes joyeuses, l’Heure du coucou, les Jeudis de la jeunesse, les Grosses têtes…

    Le grand clown Achille Zavatta ne pouvait manquer de faire appel à lui et c'est en qualité de comédien-faire valoir qu'il sera à son coté pendant plus de six ans, en France et à l'étranger. Le regretté producteur-animateur de télévision, Gilles Margaritis, lui confie alors la présentation de ses "Pistes aux Etoiles", qu'il animera chaque mercredi de 1958 à 1966. Partant pour une longue tournée avec Zavatta, il repasse le flambeau à Roger Lanzac.

    C'est grâce à Margaritis qu'il entre à la télévision et, outre de nombreuses émissions de cirque et de variétés, il interprète des rôles divers dans maints films.

    Durant sa carrière, il aura tournée dans environ 110 films.

    En 2003, à l'âge de 82 ans, on le retrouve sur la scène du Palais des Congrès dans la comédie musicale "Les demoiselles de Rocherfort". Cette même année, il fête ses 65 ans de carrière !

         



     


    votre commentaire
  • Pierre Reggiani est né le 2 mai 1922 à Reggio-Emilia, dans le nord de l'Italie.

    Alors qu'il est encore tout jeune, en 1931, sa famille fuit le régime fasciste et arrive en France, où son père ouvre un salon de coiffure.

    Très vite attiré par le cinéma, il monte à Paris et obtient le premier prix de comédie au Conservatoire des arts cinématographiques en 1937. C'est alors que Jean Cocteau le remarque et lui offre un rôle dans sa pièce "Les enfants terribles".

    A l'aube de a seconde guerre mondiale, il fait de la figuration dans "Conflit", "Saturnin" et "Nuit de décembre".

    En mars 1940, il débute sur les planches dans la pièce de Roger Vitrac, "Le loup garou". C'est un beau succès qui l'incite à prendre des cours de comédie et de tragédie. Il fait ensuite ses débuts à l'écran dans "Le voyageur de la toussaint", de Louis Daquin. Il confirme avec "Le carrefour des enfants perdus".

    Il devient un acteur de premier plan grâce à ses rôles de héros romantique dans "Les Amants de Verone", film à succès de Cayatte avec Anouk Aimée, et surtout "Casque d'or" de Jacques Becker. Il y incarne avec panache un ouvrier au sang chaud, fou amoureux de Simone Signoret, et qui connaîtra au destin tragique.

    Sa carrière cinématographique se partage dès lors entre la France et l'Italie, le pays dont il est originaire. Jean-Pierre Melville insiste pour faire tourner cet acteur aux allures d'ours mal léché dans "Le Doulos" en 1962, puis dans "L'Armee des ombres", un film sur la Résistance qui marque les retrouvailles du comédien avec Signoret.

    En 1963, il apparaît dans "Le Guépard" de Visconti et triomphe dans "Les Séquestrés d'Altona" de Sartre.

    Dans le même temps, il fait ses début de chanteur grâce à Jacques Canetti. Remarqué par Brel et Barbara, il connaît un grand succès en 1967 avec son deuxième album, sur lequel figurent notamment Les loups sont entrés dans Paris et sa version du Déserteur, de Vian.

    Vedette de music-hall avec des succès comme "Sarah", "Il suffirait de presque rien", "Le Barbier de Belleville" ou encore "L'Italien", Serge ne délaisse pas pour autant le Septième art. Il est Paul le journaliste, l'un des quinquagénaires de "Vincent, François, Paul et les autres", dans les années 70, il tourne trois films avec un autre cinéaste très populaire, Claude Lelouch, notamment "Le Chat et la souris", avec Michèle Morgan.

    Dans les années 80, il est à l'affiche d'un nouveau portrait de groupe nostalgique dans "La Terrasse" de Scola. Il y a pour partenaire Marcello Mastroianni, qu'il retrouvera dans "L'Apiculteur".

    Très éprouvé par le suicide de son fils Stephan, musicien, en 1980, il se fera plus rare sur scène comme sur les plateaux de cinéma. Il participera néanmoins à des projets audacieux, tels que "Mauvais sang" de Carax, ou "J'ai engagé un tueur", du Finlandais pince-sans-rire Aki Kaurismäki.

    Se consacrant à d'autres formes d'expression artistique, comme la peinture, il tourne sous la direction de son fils Simon, un film aux accents autobiographiques, "De force avec d'autres" en 1992.

    En 1997, il appraît une dernière fois au cinéma dans le film "Héroïne".

    A plus de 70 ans, il continue d'enregistrer des disques et de donner des récitals. En 2000, il sort un album intitulé "Enfant, soyer meilleurs que nous".

    En 2003, on le retrouve sur la scène du Palais des Congrès, dans le rôle du grand père des "Demoiselles de Rochefort".

         


     


    3 commentaires
  •  

     

    Il incarne Simon Dame.

    Arrivé depuis peu à Rocherfort, il tient le magasin de musique où Solange achète son papier à partition.

    Il y a dix ans, il a vécu une grande passion secrète avec Yvonne Garnier, mais elle l'a quitter sans un mot quand il a envisagé le mariage. Elle refusait de s'appeler Madame Dame !

    Depuis, il n'a jamais pu l'oublier et n'a jamais retrouvé l'amour.

     


    votre commentaire
  •  

     

    Il incarne Pépé.

    Père d'Yvonne et grand-père des jumelles.

    Il partage avec Monsieur Tranchant, son ami avec qui il a participé à la grande guerre, sa passion des avions.


    votre commentaire
  •  

    Sergio Diaz Gomez est un chanteur et danseur américain, né le 4 avril 1981 à Boston, dans le Massachusetts (USA). Son père est mexicain et sa mère, américaine, est chanteuse de jazz.

    En 1982, il quitte Boston pour suivre sa mère à Los Angeles, en Californie.

    En 1988, il la suit de nouveau jusqu'en France où il se découvre, en 1994, une passion pour la danse. Il s'inscrit alors à l'école Création Danse d'Annie Oggeron, à Grasse. Il commence par le jazz mais apprend aussi la danse contemporaire, classique et hip-hop.

    C'est en 1996 qu'il décide d'en faire sa profession. Après avoir passé une audition, il est admis à l'Ecole Supérieure de Danse de Cannes Rosella Hightower où il suit avec succès ses études supérieures.

    En 1999, il entre au Ballet Preljocaj et danse dans de nombreuses pièces telles qu’"Helikopter", "Le sacre du printemps", "MC 14/22 (ceci est mon corps)" ou encore "Paysage après la bataille", "Personne n'épouse les méduses", "Centaures", "Roméo et Juliette"...

    En 2003, il quitte le ballet pour s'initier aux comédies musicales. Il participe notamment aux "Demoiselles de Rochefort", où il interprète le rôle du forrain Bill.

    En 2004, il intègre la troupe de "Chicago" dans le rôle de Martin Harrison, au casino de Paris.

    Depuis 2005, il a réintégré le Ballet Preljocaj.

    Il a également participé à quelques défilés et des campagnes publicitaires en tant que mannequin.

         

    votre commentaire
  •  

     

    Il incarne Bill.

    C'est l'autre "forrain débile" présent à Rochefort pour la grande kermesse.

    Il est jaloux des marins avec qui partent deux des filles de la bande, d'autant plus qu'il pert avec elles, le numéro du spectacle.


    votre commentaire
  •  

     

    Il incarne Etienne.

    Ce "forrain débile" arrive à Rochefort pour la grande kermesse de la ville.

    Après le désistement de deux de ses artistes, il part à la recherche de remplaçante pour assurer le show.


    votre commentaire
  •  

    Philippe Candelon est un chanteur, comédien, compositeur et photographe né en 1963, dans le Gers.

    En 1985, il débutz dans la troupe de Roger, "Louret Les Baladins en Agenais," après avoir été, pendant deux ans, élève de l’école de Marianne Valéry à Monclar d'Agenais.

    Très vite, il interprète les rôles de jeunes premiers du répertoire classique, tels que "L'Avare", "Le Barbier de Séville", "Le Jeu de l'amour et du hasard"..., et participe à la création de nombreuses pièces de Roger Louret.

    Mais très vite, ce sont les spectacles musicaux qui vont le révéler au public.

    En 1995, la consécration vient avec "Les Années Twist" aux Folies Bergère, pour lequelle la Compagnie obtiendra le Molière du Meilleur Spectacle Musical. Suivront ensuite "Les Années Zazous" et "La Fièvre des Années 80", toujours aux Folies Bergères. Il jouera ensuite le rôle du Baron dans "La Vie parisienne" à Bercy.

    Entre-temps, il est remarqué par Catherine Lara qui lui propose d’enregistrer le générique du feuilleton "Terre indigo" avec Barbara Scaff, sa partenaire de scène. La chanson sera le grand succès de l’été 1996. Le duo Scaff-Candelon signe dans la foulée un album, dont plusieurs singles seront tirés Pa bo en ba, Cinéma, Train de nuit...

    Il participe également pendant plusieurs années aux "Années Tubes" sur TF1.

    Après l’an 2000, s’écartant momentanément de la Compagnie Roger Louret, on le retrouve dans la comédie musicale "Roméo et Juliette" au Palais des Congrès de Paris, où il est la doublure de Monsieur Capulet, de Paris et du Prince de Vérone.

    En 2003, il est Simon Danme dans "Les Demoiselles de Rochefort".

    Mais son désir de s’éloigner de l’univers parisien et son goût prononcé pour l’Espagne et pour la marche le poussent à partir sur les chemins de Saint-Jacques-de-Compostelle, qui vont l’aiguiller petit à petit vers le monde de la photographie.

    Il expose aujourd’hui dans toute la France et même à l’étranger, mêlant désormais le chant à la photographie.

    Fort d’une inspiration nouvelle lui permettant d’écrire ses propres chansons, il sort en janvier 2007 son premier album solo "Devant vous".

    En 2008 il tourne dans tout le pays avec le spectacle "Camino de Santiago", qu’il donne également dans sa version anglaise et espagnole, et participe à la création à Monclar du "Fantôme de L’Olympia", premier grand spectacle musical consacré à l’œuvre de Gilbert Bécaud, qui est présenté à Paris en 2010.

    On le retrouve en mars 2010 au Grand Rex de Paris dans le nouveau spectacle musical de Roger Louret, "Au bonheur des Tubes".

         
         
         
      

    votre commentaire
  •  

    Edouard Thiebaut est un lorrain d'origine, né un 26 mars dans une famille artistique : son père est un ténor dramatique, tandis que ses cinq frères et soeurs sont tous chanteurs ou danseurs.

    Il débute par la danse ne prenant des cours près de chez lui avant d'intégrer le conservatoire de Metz. A 17 ans, il danse de façon professionel et participe à des galas auxs styles assez éclectiques, allant du néo-classique au jazz.

    Malgrès tout, il ressent l'envie de chanter.

    En parallèle, il continue ses études et passe son DEA de Sémiologie à la Sorbonne.

    Grace à son plus jeune frère, professeur de chant à Nancy, il passe les auditions pour "Les années Twist", spectacle de Roger Louret, dans lequel il cumule chant et danse. Il reste dans la troupe de 1994 à 1995.

    Repéré par Disneyland Paris, il prête sa voix à de nombreux spectacles. Il participe également à de nombreux spectacles, dont "Il était une fois le music hall", de Michel Durand.

    En 1999, parrainé par Jean-Louis Grinda et Barry Collins, il obtient son premier vrai grand grand rôle dans "Chantons sous la pluie", une opérette mise en scène par Jack Gervais, qui se produit au théâtre de la Porte Saint-Martin, et l'entrainera sur les scènes des plus beaux opéras de France, de Belgique et de Montréal.

    En 2002, il fait la rencontre de Michel Legrand, et participe à l'adaptation, sur la scène du Palais des Congrès à Paris, de la comédie de Jacques Demy, "Les demoiselles de Rochefort", où, de septembre à décembre 2003, il tient le rôle d'Andy Miller. 

    En 2004, Edouard joue en alternance le coursier et l'avocat dans la comédie "Chance", au Lucernaire.

    Mai 2005 marque son retour à l'opérette avec "Un de la Canebière", "La route fleurie" et "Titanic", tout en préparant un album.

    En 2007, il joue "Jeffrey", de Paul Rudnick.

    En 2008, il intègre l'équipe du "Soldat Rose" dans le rôle du conducteur de train et remonte sur la scène du Palais des Congrès.

         
       

    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique